top of page

Mère de 3 jeunes enfants, Cécile Rilhac vit dans le Val d'Oise depuis 1999.

Avant d'être élue députée de la 3eme circonscription du Val d'Oise, elle a grandi dans les Hauts-de-Seine, à Bois-Colombes, et a suivi sa scolarité à Asnières. Après des études STAPS à l'Université de Nanterre, elle a exercé en tant que professeur d'EPS pendant 20 ans, dont 16 ans à Argenteuil. Ayant réussi le concours de chef d'établissement en 2016, elle a été nommée principale adjointe au collège Pablo Neruda de Pierrefitte-sur-Seine (93).

 

Sportive, elle a entrainé dans un club de gymnastique de Bois-Colombes pendant 15 ans, jusqu'en 2009, puis a ensuite repris l'entrainement et la compétition en natation en s'engageant parallèlement dans l'équipe dirigeante de son club dont elle a été élue présidente.

 

Militante associative, elle a été présidente de l'association de parents d'élèves des écoles de ses enfants à Montigny-lès-Cormeilles. Elle a participé à la création d'un collectif de parents d'élèves des établissements scolaires de sa commune afin de favoriser la communication entre l’institution et les parents et les échanges entre parents.

Cécile RILHAC

  • Beauchamp

    Bessancourt

    Béthemont-la-Forêt

    Chauvry

    Cormeilles-en-Parisis

    Frépillon

    Herblay-sur-Seine

    le Plessis-Bouchard

    La Frette-sur-Seine

    Montigny-lès-Cormeilles

    Pierrelaye

    Taverny

À l'Assemblée nationale

  • A l'Assemblée nationale, Madame la députée Cécile RILHAC est membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation dont les domaines de compétence sont les suivants :

     

    • Enseignement scolaire

    • Enseignement supérieur

    • Recherche

    • Jeunesse

    • Sports

    • Activités artistiques et culturelles

    • Communication

    • Propriété intellectuelle

     

    Elle est également membre et vice-présidente de la délégation aux Outre-mer.

     

    Au nombre de huit, les commissions permanentes sont des rouages essentiels du travail parlementaire. Les députés sont chacun obligatoirement membres d’une commission. Chaque commission désigne, pour la diriger, un bureau qui s’efforce de reproduire la configuration politique de l’Assemblée. Les commissions examinent les textes législatifs inscrits à l’ordre du jour (les députés délibèrent en séance publique sur le texte adopté par la commission). Par l’organisation d’auditions (ministres, experts, représentants de la société civile...) ou la constitution de missions d’information, elles assurent l’information des députés dans les matières entrant dans leur champ de compétence, leur permettant ainsi d’exercer leur contrôle sur la politique du Gouvernement.

  • Madame la députée Cécile RILHAC est la co-rapporteure des missions suivantes :

     

    • Mission flash relative au recrutement, à l’affectation et à la mobilité des enseignants du premier degré : Cette mission a pour objet de dresser un bilan des procédures de recrutement et de mobilité au cours de la carrière des enseignants, d’identifier les difficultés relevées et de proposer des évolutions, de manière à renforcer l’attractivité du métier en répondant davantage aux attentes et besoins des enseignants.

     

    •  Mission d’information sur l’avenir de l’industrie spatiale européenne : Face à l’essor du New Space, et à l’avance technologique de certains acteurs non-européens, la France et l’Europe doivent trouver leur place au sein d’un secteur marqué par des ruptures technologiques récentes qui ont bousculé les équilibres établis. La présente mission d’information vise, en conséquence, à faire un état des lieux des forces et des faiblesses de l’industrie spatiale européenne pour mieux dessiner les contours de son avenir dans les prochaines années. Elle a également vocation à interroger le modèle économique de cette industrie et à proposer un bilan des politiques engagées dans ce domaine.

     

     

    Les missions d’information sont constituées en vue d’informer l’Assemblée nationale pour lui permettre d’exercer son contrôle sur la politique du gouvernement. Elles peuvent être créées soit par une ou plusieurs commissions, soit par la Conférence des présidents. Elles établissent un rapport qui peut donner lieu, en séance publique, à un débat sans vote ou à une séance de questions.

     

    Les missions flash, plus courtes que les missions d’information, qui durent souvent six mois ou plus – peuvent être créées soit par une ou plusieurs commissions du Parlement, soit par la Conférence des présidents. Comme les missions d’information, les missions flash donnent lieu à des auditions, puis à un rapport écrit. À l’Assemblée nationale, elles répondent à un souci de réactivité : ces missions présentent l’avantage d’être souples dans leur installation et font bien souvent écho à l’actualité.

    Lire la communication
    Lire la synthèse
  • Madame la députée Cécile RILHAC est membre des groupes d’études suivants :

     

    • Espace et Aéronautique dont elle est co-Présidente

    • Sapeurs-pompiers, sécurité civile et gestion des crises

    • Fin de vie

    • Vie associative et bénévolat

     

    Les groupes d’études sont des instances ouvertes à tous les députés et constituées pour approfondir et suivre des questions spécifiques, qu’elles soient de nature politique, économique, sociale ou internationale. Ces instances n’interviennent pas directement dans la procédure législative. Leur mission est d’assurer une veille juridique et technique sur des questions trop spécialisées pour faire l’objet d’un examen suivi par les commissions permanentes (problématique, secteur d’activité…). Les groupes d’études sont également le lieu de discussions et d’échanges irremplaçables entre députés de tous bords.

     

    Bénéficiant d’une grande souplesse de fonctionnement, les groupes d’études développent des activités très diverses : auditions de membres du gouvernement, de responsables de l’administration, de personnalités du secteur concerné (dirigeants d’entreprises, représentants de fédérations professionnelles ou de syndicats, responsables d’associations…), visites de sites ou d’entreprises, participation à des manifestations extérieures à l’Assemblée (colloques, salons professionnels…).

  • Madame la députée Cécile RILHAC est membre des groupes d'amitié suivants :

     

    • Groupe France-Québec dont elle est vice-présidente

    • Groupe France-Bénin dont elle est vice-présidente

    • Groupe France-Gambie dont elle est vice-présidente

    • Groupe France-Portugal

    • Groupe France-Maroc

    • Groupe France-Sénégal

    • Groupe France-Tunisie

    • Groupe France-Algérie

    • Groupe France-Haïti

     

     

    Les groupes d’amitié de l’Assemblée nationale regroupent les députés qui ont un intérêt particulier pour un pays étranger. Leur but premier est de tisser des liens entre parlementaires français et étrangers ; ils sont également des acteurs de la politique étrangère de la France et des instruments du rayonnement international de l’Assemblée nationale.

     

    La principale activité des groupes d’amitié est l’organisation de missions auprès du parlement homologue et de réceptions de délégations parlementaires étrangères. Les groupes d’amitié peuvent également recevoir les ambassadeurs ou d’autres personnalités du pays considéré, ainsi que des personnalités françaises engagées dans des activités de coopération avec ce pays. Les groupes d’amitié peuvent enfin servir de point d’appui à des actions de coopération interparlementaire ou de coopération décentralisée.

    • Membre titulaire du Conseil d’évaluation de l’école

    • Membre du comité de suivi de l’école inclusive du ministère de l’Éducation nationale

    • Membre du groupe de travail sur l’acte 2 de l’école inclusive

Le rôle du député

  • Comme un sénateur, un député participe au travail législatif et contrôle l’action du gouvernement.

     

    Le rôle législatif du député

     

    • Le député vote les lois.

    • Il peut déposer des propositions de loi et des amendements.

     

    Le contrôle du gouvernement par les députés

     

    • Tout député a le droit de poser des questions au gouvernement.

    • Il évalue les politiques publiques, et peut publier des recommandations à leur sujet.

    • Les députés peuvent déposer une motion de censure contre le gouvernement lorsque celle-ci est signée par au moins un dixième des députés (soit 58 au minimum). Si la majorité absolue des députés vote pour la motion de censure, celle-ci est adoptée et le Premier ministre doit remettre au président de la République la démission du gouvernement.

     

    Un député peut, avec au moins 59 autres députés, saisir le Conseil constitutionnel pour qu’il se prononce sur la conformité du texte voté à la Constitution. Un député appartient obligatoirement à l’une des huit commissions permanentes de l’Assemblée, dont la fonction principale est de préparer le débat qui aura lieu en séance publique et qui aboutira au vote de la loi.

     

    Le rôle d’un député est étendu lorsqu’il est nommé pour une fonction spéciale au sein du Parlement. Par exemple comme président d'une commission de l'Assemblée nationale, rapporteur parlementaire, rapporteur général du budget, etc.

    
Enfin, les députés forment avec les sénateurs la Haute Cour. Cette instance peut prononcer une éventuelle destitution du président de la République.

  • Un député est élu au suffrage universel direct lors des élections législatives organisées tous les 5 ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Lors de ces élections, le découpage géographique et électoral repose sur 577 circonscriptions législatives.

    
Un député est élu dès le premier tour s’il obtient la majorité absolue des suffrages exprimés ainsi qu’un nombre égal au quart du nombre des électeurs inscrits. Si aucun candidat engagé n’y parvient, un second tour est organisé avec les candidats ayant recueilli un nombre de voix représentant au moins 12,5 % du nombre d'électeurs inscrits ou si cette condition n’est pas remplie les deux candidats arrivés en tête. Un candidat qualifié a néanmoins le droit de décider de se retirer.

     

    Le candidat élu député au second tour est celui qui a obtenu la majorité des suffrages exprimés. En cas d'égalité, le plus âgé des candidats est élu.

  • La durée du mandat d’un député est de 5 ans, sauf si la législature est interrompue par une dissolution de l’Assemblée nationale (article 12 de la Constitution).

    
Le mandat d’un député est renouvelable sans limites. Un député sortant peut donc se représenter et être reconduit autant de fois qu’il est réélu.

     

    Dans le cas d’une dissolution, des élections législatives sont organisées. Les députés nouvellement élus démarrent un mandat de 5 ans, sauf en cas de nouvelle dissolution. Aucune dissolution ne peut avoir lieu dans l'année qui suit des élections législatives.

Un député français est un élu siégeant à l’Assemblée nationale. Celle-ci est composée de 577 députés, et forme, avec le Sénat, le Parlement qui constitue le pouvoir législatif en France sous la Ve République.

 Beauchamp • Bessancourt • Béthemont-la-Forêt • Chauvry • Cormeilles-en-Parisis • Frépillon • Herblay-sur-Seine • La Frette-sur-Seine • Le Plessis-Bouchard • Montigny-lès-Cormeilles • Pierrelaye • Taverny •

 Beauchamp • Bessancourt • Béthemont-la-Forêt • Chauvry • Cormeilles-en-Parisis • Frépillon • Herblay-sur-Seine • La Frette-sur-Seine • Le Plessis-Bouchard • Montigny-lès-Cormeilles • Pierrelaye • Taverny •

 Beauchamp • Bessancourt • Béthemont-la-Forêt • Chauvry • Cormeilles-en-Parisis • Frépillon • Herblay-sur-Seine • La Frette-sur-Seine • Le Plessis-Bouchard • Montigny-lès-Cormeilles • Pierrelaye • Taverny •

Propositions de loi

1

Questions écrites et orales au Gouvernement

18

Journaux d’activité publiés

6

Courriers rédigés

161

Permanences itinérantes 

8

Rendez-vous en circonscription

67

Interventions en Séance publique et en Commission

85

Amendements déposés

53

bottom of page