top of page
  • cecilerilhac

Médecine d'urgence : la députée alerte sur la répartition des effectifs en Île-de France

Madame la députée a adressé aujourd'hui un courrier, co-signé par plusieurs de ses collègues, à Monsieur le Directeur général de l’ARS Île-de-France afin d’attirer son attention sur la nécessité de redéfinir la répartition des jeunes médecins dans les départements franciliens, comme le notre, les plus en difficulté.

En Île-de-France, les effectifs de médecine d’urgence souffrent d’une inégale répartition entre la petite couronne et la grande couronne. Notre département du Val-d’Oise est particulièrement impacté par cette problématique.

La crise sanitaire le démontre, il est primordial de garantir l’égal accès aux soins pour tous dans nos territoires, afin d’améliorer la prise en charge de nos concitoyens et de réduire le nombre de déserts médicaux.

Retrouvez ci-dessous le courrier en question, ainsi que la réponse du Directeur général de l’ARS Île-de-France ⬇️⬇️⬇️

Madame la députée est restée particulièrement attentive à ce sujet, qu'elle a directement fait remonter au Ministre des Solidarités et de la Santé Monsieur Olivier VÉRAN, par le biais du courrier que vous pouvez lire ci-dessous :

Aussi, suite à ces démarches, une meilleure répartition des internes en fin de formation a été mise en place. En effet, pour le choix de stage de 2021-2022, plusieurs postes ont été mis au choix par l’ARS IDF dans les structures d’urgences du Val-d’Oise (poste partagé d’un an SAU et SAMU) et ont été choisis par les internes :

- SAU Pontoise - SAMU 95 : 1 poste en novembre et 1 poste en mai

- SAU Beaumont-sur-Oise - SAMU 95 : 1 poste en novembre et 1 poste en mai

- SAU Gonesse - SAMU 95 : 1 poste en novembre

- SAU Eaubonne - SAMU 95 : 1 poste en novembre

- SAU Argenteuil - SAMU 95 : 1 poste en novembre

- et un poste autorisé en partenariat APHP : SAU Louis-Mourrier (Colombes) - SAMU 95 : 1 poste en novembre

Cela fait un total de 8 internes « Docteurs-Juniors » en fin de formation, qui vont découvrir l’offre pédagogique de notre département et constituent possiblement des futurs seniors pour nos structures d'urgence (contre 3 l’année dernière).

Madame Cécile RILHAC tient à saluer cette excellente nouvelle. Il est indispensable d'accompagner nos concitoyens vers l'accès aux soins et poursuivre la lutte contre les déserts médicaux.

0 vue0 commentaire
bottom of page