top of page
  • Photo du rédacteurCécile RILHAC

Fin de vie : la députée organise une réunion publique à Montigny-lès-Cormeilles

Ce mardi soir, Madame la députée organisait nouvelle une réunion publique, à Montigny-lès-Cormeilles, consacrée à la thématique de la fin de vie. À cette occasion, Madame RILHAC était accompagnée par Monsieur Olivier FALORNI, Député de Charente-Maritime, Président du groupe d’études Fin de vie de l’Assemblée nationale ; ainsi Madame Sandra DA SILVA et Monsieur Benjamin RIMAUD, représentants de la MGEN du Val-d’Oise. Monsieur le Maire de Montigny-lès-Cormeilles Jean-Noël CARPENTIER était présent, tout comme de nombreuses personnes, preuve que ce sujet est d’une grande importance pour nos concitoyens.


Cette réunion était intitulée « Choisir sa fin de vie ». Les interventions ont principalement porté sur la nécessité d’avancer sur ce sujet, en dépassant le cadre de la loi n° 2016-87 du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, dite Loi Claeys-Leonetti. Depuis 2017, plusieurs propositions de loi ont été déposées sur le sujet de la fin de vie, notamment par Monsieur Olivier FALORNI. En effet, le 17 octobre 2017, le député FALORNI avait déposé une proposition de loi donnant le droit à une fin de vie libre et choisie. L'exposé des motifs soulignait qu'en France toutes les libertés ont été conquises, une à une, sauf celle de choisir sa mort. La loi vise à créer une assistance médicalisée active à mourir. Adoptée par la commission des affaires sociales presque quatre ans après et soutenue par des élus de toutes tendances politiques, l'examen de la proposition de loi avait été bloqué par une obstruction parlementaire volontairement causée par plusieurs députés ne souhaitant pas débattre de ce sujet.





Les prises de parole ont aussi porté sur le travail de la Convention citoyenne sur la fin de vie. Cette convention a été constituée en décembre 2022 par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) sur demande de la Première ministre Élisabeth BORNE. Elle a regroupé 185 citoyens tirés au sort parmi la population française et a rendu un rapport au Gouvernement en avril 2023. Ce rapport a notamment pointé l’inégalité d’accès de l’accompagnement de la fin de vie, ainsi que l’absence de réponses satisfaisantes face à certaines situations de fin de vie, notamment dans le cas de souffrances physiques ou psychiques réfractaires. À la question, « Le cadre d’accompagnement de la fin de vie est-il adapté aux différentes situations rencontrées ou d’éventuels changements devraient-ils être introduits ? », la grande majorité des votants (75,6 %) s’est prononcée en faveur d'une évolution du droit vers une aide active à mourir.


Les personnes présentes ont également fait part de plusieurs témoignages, concernant leurs proches, qu’ils ont accompagné dans leur fin de vie. Ces courageuses prises de parole ont souligné la nécessité de permettre à chacun de pouvoir mourir dignement le plus dignement possible, notamment en cas de douleurs, d’incapacités ou de perte totale d’autonomie.


Un projet de loi consacré à la fin de vie devrait être présenté en Conseil des Ministres dans le courant du mois de décembre. Madame Cécile RILHAC souhaite que ce calendrier soit tenu.


La députée remercie son collègue Monsieur FALORNI, la MGEN du Val-d’Oise, ainsi que l’ensemble des personnes pour ce temps d’échange très constructif. Merci à la Municipalité de Montigny-lès-Cormeilles pour la mise à disposition de la salle et du matériel qui ont permis la tenue de cette réunion publique.

11 vues0 commentaire
bottom of page