top of page
  • cecilerilhac

Autisme : il est temps de changer la donne !

  1. Faire que les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) deviennent la seule référence en la matière auprès des professionnels.

  2. Constituer des bases de données fiables pour la recherche

  3. Soutenir le développement des technologies facilitant l’apprentissage et l’autonomie des personnes autistes2 - Mettre en place les interventions précoces prescrites par les bonnes pratiques : c’est la clef d’un parcours de vie plus autonome par la suite, de l’école à l’emploi. Pour cela, il faut revoir toute l’organisation du système pour assurer une prise en charge extrêmement précoce des enfants.

  4. Repérer les écarts au développement des très jeunes enfants

  5. Confirmer rapidement les premiers signaux d’alerte

  6. Intervenir immédiatement et réduire les délais de diagnostic3 - Garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes : Rattraper notre retard en matière de scolarisation, l’école maternelle est le premier lieu d’apprentissage, et pourtant seuls 30% des enfants autistes y sont scolarisés, en moyenne moins de deux journées par semaine. « Là où le Royaume-Uni scolarise 70% des enfants autistes, nous sommes à un petit 40%, avec des ruptures de parcours. Or, l’école est la clé de l’inclusion sociale » (S. Cluzel, Le Monde, 06/04/2018).

  7. Scolariser en maternelle tous les enfants autistes

  8. Garantir à chaque enfant un parcours scolaire fluide et adapté à ses besoins, de l’école élémentaire au lycée

  9. Former et accompagner dans leur classe les enseignants accueillant des élèves autistes

  10. Garantir l’accès des jeunes qui le souhaitent à l’enseignement supérieur, par la construction d’un parcours scolaire adapté et l’amélioration des accompagnements au sein de l’université.4 - Favoriser l’inclusion des adultes : Soutenir le pouvoir d’agir des personnes autistes, en favorisant le soutien par les pairs (un groupe d’entraide mutuelle Autisme dans chaque département).

  11. Soutenir la pleine citoyenneté des adultes, pour passer à une logique inclusive, en donnant accès à l’emploi, au logement, aux loisirs, à la culture.

  12. Mettre fin aux hospitalisations inadéquates des adultes autistes et renforcer la pertinence des prises en charge sanitaires

  13. Insérer les personnes en milieu professionnel5 - Soutenir les familles : Réduire très fortement le reste à charge pour les familles, en mettant en place dès 2019 un « forfait intervention précoce » permettant de financer le recours aux professionnels non conventionnés par l’Assurance Maladie. Aujourd’hui, chaque année, il reste environ 3 000€ à charge des familles chaque année

  14. Soutenir les familles, pour leur permettre de vivre comme tout un chacun, pour rompre leur sentiment d’isolement, voire d’abandon.

  15. Développer des solutions de répit pour les familles

  16. Amplifier la formation des aidants, sur l’ensemble du territoire

  17. Reconnaître l’expertise des familles, vis-à-vis des institutions et des professionnels, en créant une instance nationale de pilotage et en associant les familles à la gouvernance de la stratégie nationale, comme à la politique de recherche. Enfin, Madame RILHAC, très impliquée dans le travail d'insertion et de prise en charge des personnes en situation de handicap à l'Assemblée Nationale et par ailleurs secrétaire du groupe d'étude "Autisme" et vice-présidente du groupe d'étude sur l’insertion des personnes handicapées, continuera tout au long de mon mandat à écouter, à recevoir, à travailler avec ses concitoyens pour faire évoluer non seulement les mentalités mais aussi les pratiques afin de faciliter le quotidien de nos concitoyens en situation de handicap, quel qu'il soit, ainsi que celui de leur entourage. Vous pouvez compter sur sa détermination !

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page