AN

Ma question au Gouvernement en réaction à un stage de formation syndicale avec des ateliers non mixtes

Aujourd’hui, lors des questions au gouvernement, j’ai interrogé le ministre de l’éducation nationale sur la polémique naissante à propos d’un stage de formation syndicale proposant deux ateliers « non mixtes » destinés aux enseignants.

Il me parait important de dénoncer non pas le fond mais la méthode proposée par ce syndicat, et ma question va dans ce sens.

Se réunir en groupe sectaire est mauvais pour l’esprit d’ouverture, cela démontre un manque de confiance en l’autre simplement parce qu’il est différent et parce qu’on suppose qu’il n’est pas concerné, il ne peut pas comprendre. Cette conception étroite de la discussion ne peut aller de paire avec l’esprit d’ouverture et de partage qu’incarne l’éducation nationale.

Si certains enseignants décident de débattre des questions de racisme au sein de l’éducation nationale, celles-ci ne doivent être ni minimisées, encore moins tues.

Je dénonce également une forme d’hystérisation et d’instrumentalisation de cette polémique par une partie de l’extrême droite.

Je finirai en citant le chroniqueur américain Stephen KEARSE en 2014 : « La plus grande puissance du racisme est sa capacité à simplifier radicalement… la tâche fondamentale de tout travail antiraciste consiste à contester et à saper cette simplicité artificielle en exposant la complexité implacable du monde. »

Vidéo de mon intervention par ce lien

Vidéo de la réponse du Ministre de l’Education nationale