AN

Loi pour une école de la confiance : Du mieux pour les élèves en situation de handicap

L’amendement proposé par Cécile RILHAC dans le cadre du projet de loi pour une école de la confiance a été adopté.

Ainsi des établissements pourront, à titre expérimental, proposer un enseignement adapté aux élèves en situation de handicap cognitif ou mental. C’est une bele avancée pour ces jeunes élèves qui ont l’âge d’être dans le second degré mais dont le handicap cognitif ou mental nécessite une adaptation de la scolarité.

Dans ces établissements, ces jeunes pourront bénéficier d’une scolarité à temps complet et être accompagnés vers des formations ou une insertion professionnelle en milieu ordinaire.

Des structures pour éviter les ruptures de parcours, souvent à la fin du primaire ou du collège, pour ces enfants qui nécessitent une attention toute particulière.

C’est un parcours intégré à l’éducation nationale qui est rendu possible, qui sera construit et pourrait être « un sas » à durée limitée, permettant au jeune de prendre le temps de grandir avec son handicap et lui proposer, quand il est prêt, un retour dans un établissement du secondaire en ULIS ou une formation qui lui convient comme le CAP, formation ouverte sans limite d’âge et donc accessible à ces jeunes.