AN

Education : interdiction de l’usage du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Les enseignants le savent, le téléphone portable est devenu pour les élèves un objet dont ils ont du mal à se séparer. Il est partout dans les cours de récréation, les couloirs et dans les classes, obligeant les adultes à d’incessants rappels au respect du règlement intérieur.

Les chiffres doivent nous alerter : l’usage des téléphones mobiles se développe de façon très importante chez les jeunes : 93 % des 12-17 ans disposaient d’un téléphone mobile en 2016 et 63 % des 11-14 ans sont inscrits sur au moins un réseau social.

Pour lutter contre cette utilisation abusive du téléphone portable par les élèves, et les seuls élèves, honorant ainsi un engagement du le Président de la République pendant sa campagne, une proposition de loi a été déposée par le groupe parlementaire La République En Marche, visant à encadrer l’utilisation du téléphone mobile par les élèves dans les écoles maternelles, élémentaires et les collèges.

Cette proposition de loi vise simplement à mieux encadrer l’usage du téléphone portable et autres appareils numériques connectés afin de permettre aux adultes de pouvoir appliquer les règlements intérieurs de chaque école et de chaque collège.

Mais les débats ont permis également de mettre en avant la nécessaire protection de notre jeunesse (c’est pour cela que ce texte ne s’adresse qu’aux écoles et aux collèges) face aux difficultés relationnelles qu’entraine un usage non éclairé, permanent et abusif de ces appareils : cyber-harcèlement, appel à la haine, vidéo-lynchage, radicalisation…

Dans un contexte où la diffusion de fausses informations entame l’esprit critique de nos jeunes, qui manquent de recul, souvent hyper-connectés et soumis à l’instantanéité des réseaux sociaux, la formation des élèves à l’utilisation des outils et des ressources numériques apparaît plus que jamais nécessaire.

Aussi, Cécile RILHAC, souhaite ici faire un point qui évitera tout malentendu sur ce projet de loi : le corps enseignant n’a pas à s’inquiéter ni à penser qu’il serait infantilisé car il n’a jamais été envisagé d’encadrer l’usage personnel qu’ils font de leur propre téléphone portable, au-delà évidemment de l’exemplarité qu’ils savent devoir afficher auprès de leurs élèves, dont ils concourent à l’éducation civique. Surtout, l’interdiction de l’usage du téléphone mobile ne s’applique pas lorsque celui-ci est utilisé à des fins pédagogiques.

Cliquez-ici pour en savoir plus sur cette proposition de loi.