CIRC

Un débat très utile sur le harcèlement à l’école

Ce mercredi 30 mai, à Pontoise, se tenait une réunion publique à laquelle Cécile RILHAC était invitée par le comité En Marche Pontoise et Vexin sur le thème du #Harcèlementscolaire.

Parmi les invitées, on notait tout particulièrement la présence de Shanley, lycéenne à l’origine du blocus de son lycée en décembre dernier, blocus pour dénoncer les violences et harcèlement sexistes dont les filles étaient victimes quotidiennement dans son établissement, et celle de Madame Nora FRAISSE, fondatrice de l’association Marion, la main tendue suite au suicide, en 2013, de sa fille, Marion, après qu’elle ait été victime de harcèlement scolaire.

Cette table ronde, à laquelle le public présent a largement participé, a mis en avant la problématique générale du harcèlement et plus particulièrement celui du harcèlement à l’école.

Rappelons d’abord ce qu’est le harcèlement :

 » Attaques ou sollicitations continues dans le but d’épuiser ou de tourmenter la victime  »

Le harcèlement est une forme de maltraitance. Elle peut être morale ou physique.

La notion de harcèlement apparaît sur le devant de la scène publique avec l’ouvrage de la psychanalyste Marie-France HIRIGOYEN. Elle s’intéresse tout particulièrement au harcèlement moral et le définit comme une « conduite abusive qui se manifeste notamment par des comportements, des paroles, des gestes, des actes, des écrits pouvant porter atteinte à la personnalité, à la dignité ou à l’intégrité physique ou psychologique d’un personne ».

Ainsi, hier soir, les acteurs de cette table ronde ont dressé un tableau noir de notre École : passivité des enseignants, passivités des adultes dans les établissements scolaires, repli et agressivité des familles sur la question, incapacité à repérer et à écouter les victimes…

Pour Nora FRAISSE, la loi de 2014 sur l’égalité réelle entre femme et homme, qui inscrit la notion de harcèlement sexuel dans la loi, n’est pas suffisante pour protéger nos enfants de ce fléau. Grâce à son action et aux travaux sur le climat scolaire commandés dès 2012 par le ministère de l’éducation nationale à M.DEBARBIEUX, des solutions ont été proposées.

Il existe désormais un numéro dédié au sujet : le 3020.

Le climat scolaire est désormais au centre des préoccupations des chefs désétablissement et des CPE, référents naturels sur cette problématique.

http://eduscol.education.fr/…/guide-sur-le-climat-scolaire-…

Ce climat scolaire est l’un des 4 leviers identifiés par Mme FRAISSE pour lutter contre le harcèlement scolaire avec :

– la prévention (ambassadeurs et médiateurs),
– la nécessaire création dans chaque établissement d’un sentiment d’appartenance pour chaque enfant, chaque jeune, mais aussi chaque adulte, ce sentiment d’appartenance qui favorise l’inclusion et la bienveillance.
– la création d’un référent harcèlement dans chaque école, chaque collège, chaque lycée, référent identifié clairement par les élèves et par la communauté éducative.

Enfin nos témoins, presque d’une seule voix, expliquent que le travail sur les émotions, sur l’oralisation et sur l’empathie devrait faire partie des compétences transversales à acquérir au cours de la scolarisation dès l’école maternelle. Se dire devant un acte malveillant « et si c’était moi »….et réfléchir à ce que l’autre peut ressentir et donc agir sans se mettre en danger.

Agir pour dénoncer les choses, pour soutenir la victime, pour accompagner le bourreau à comprendre la gravité de ses actes, pour arrêter l’effet de meute. Faire comme Nora, comme Shanley et Hajar, comme l’association « Jeunes et engagés » ou l’équipe éducative du collège Chabanne présentes ce soir là.

#StopAuHarcèlement

https://actu.fr/…/pontoise-table-ronde-sur-harcelement…/amp…