CIRC

Cécile RILHAC répond à Sébastien MEURANT suite à sa lettre à Christophe CASTANER

Suite à la lettre envoyée à Christophe CASTANER par Sébastien MEURANT, sénateur du Val d’Oise, et rendue publique sur son site avec copie à l’ensemble des parlementaires du Val d’Oise, Cécile RILHAC lui répond :

Monsieur Meurant,

Je ne peux manquer de réagir à votre sidérant courriel où nous, tous vos collègues parlementaires du Val d’Oise, sommes mis en copie et que vous destinez à Monsieur le Ministre Christopher CASTANER qui, au passage, n’est pas « président » de notre mouvement, mais délégué général !

Si vous vous déclarez abasourdi par les propos de notre collègue Aurélien Taché, sans bien sûr manquer de les caricaturer et de les déformer, permettez-moi de vous dire que ceux que vous tenez sont consternants à plus d’un titre.

Car qu’a donc bien pu faire mon collègue en prenant la défense de la représentante de l’UNEF de la faculté des Lettres de Sorbonne Université ? Il a simplement osé rappeler le principe de la laïcité, telle que définie par l’Observatoire de la laïcité.

La laïcité est d’abord une liberté. C’est aussi le gage d’une république en bonne santé, qui n’oublie pas ce qu’elle doit à la loi de 1905, qui est une loi de tolérance que je vous invite vivement à relire scrupuleusement, sans essayer d’en faire une interprétation si biaisée, si extrême !

Porter le voile n’est pas signe de revendication politique, mais un choix personnel qui, en tant que tel, doit pouvoir être respecté sans crier haro sur un prétendu entrisme islamiste actif dans les syndicats et les associations.

Du reste, l’Assemblée Nationale représente avant tout le peuple dans toutes ses dimensions. De la couleur politique à la couleur de peau, c’est la France dans toute la richesse de sa diversité que nous représentons. La République doit se garder de prêter une signification à des vêtements, qu’ils soient religieux ou non. Pour rappel, vous qui semblez aimer l’histoire, on s’offusquait moins qu’aujourd’hui quand, de 1896 à 1898, dans l’Hémicycle, siégeait Philippe Grenier, médecin de formation, député converti à l’Islam qui venait en habit berbère ! Mais il était de gauche radicale, me direz-vous ! On ne s’offusquait pas non plus de voir l’abbé Pierre et le chanoine Félix Kir sur les bancs du Parlement !

Plutôt que des procès de personnes et des procès d’intention, Monsieur Meurant, travaillez à incarner une opposition respectueuse et exigeante plutôt que de chercher à vous complaire dans une posture franchement politicienne et outrancière, sans doute à mettre sur le compte de votre proximité avec Laurent WAUQUIEZ.

Cordialement,

Cécile RILHAC

Députée du Val d’Oise