AN

Cécile RILHAC interpelle la ministre des solidarités et de la santé sur la prise en charge des nouvelles méthodes de traitement de l’autisme pour les jeunes enfants

Sollicitée par de nombreuses familles d’enfant autiste, Cécile Rilhac s’est adressée à la Madame la ministre des solidarités et de la santé pour attirer son attention sur les nouvelles méthodes de traitement de l’autisme pour les jeunes enfants et leur nécessaire prise en charge au titre de l’assurance maladie.

Un rapport parlementaire sur l’autisme, présenté en juin dernier devant le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) de l’Assemblée nationale, a demandé que les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) en matière de prise en charge de l’autisme soient effectivement appliquées pour que les personnes souffrant de troubles autistiques puissent être bien et mieux soignées.

En effet, depuis plusieurs années, la Haute autorité de santé recommande des méthodes éducatives et comportementales dans la prise en charge des enfants autistes.

Malgré cette recommandation, les nouvelles méthodes éducatives et comportementales, de type ABA et TEACCH notamment, ne sont toujours pas prises en charge au titre de l’assurance maladie.

Et pourtant, le site gouvernemental consacré à l’autisme indique qu’ABA, la plus connue des méthodes comportementales – qui met en œuvre des techniques basées sur la théorie de l’apprentissage – a pour objectif d’augmenter la communication, les apprentissages et les comportements sociaux adaptés et de diminuer voire faire disparaître les comportements inappropriés.

En conclusion de son intervention, Cécile RILHAC a demandé à la Ministre des solidarités et de la santé si elle entend intervenir, dans le cadre de la stratégie nationale annoncée par le gouvernement en avril dernier pour rattraper le retard de notre pays en matière de prise en charge de l’autisme, afin que les nouvelles méthodes éducatives et comportementales désormais utilisées soient intégrées au parcours de soins des jeunes enfants autistes et prises en charges en intégralité par les caisses d’assurance maladie.